samedi 12 janvier 2019

The Dead 2 : India de Howard et Jonathan Ford (2010) - ★★★★★★★☆☆☆



The Dead des frères Howard J. et Jonathan Ford sorti en 2010 était, dans le genre « film de zombies » encombré, un exercice de style plutôt réussi. En déplaçant leur intrigue jusqu'en Afrique de l'Ouest, les cinéastes apportaient un peu de sang neuf à un thème tellement rebattu et grouillant de tant de navets, qu'on avait fini par ne plus rien espérer de bon en la matière... ou presque. Trois ans plus tard, voilà que les frangins en remettent une couche, histoire de s'assurer que les giclées de sang déversées du sol au plafond n'ont pas eu le temps de sécher. Et pour Howard J. et Jonathan Ford, il fallait faire mieux, et quelque peu différent, même si cela les a contraint de tourner dans l'illégalité puisqu'ils n'ont pas obtenu les droits nécessaires puisque le gouvernement indien leur a refusé l'autorisation de tourner sur le territoire. Ce qui n'a bien entendu pas empêché les deux frères de passer outre et d'installer leurs caméras au Rajasthan, un état du nord-ouest de l'inde, ainsi que dans les bidonvilles de Bombai, capitale de l'état indien du Maharashtra.
Dès le départ, rien qu'à l'énoncer, c'est tout le parfum d'un immense pays que l'on sent déjà titiller nos narines. L'espoir d'y voir naître une invasion de zombies parcourant des ruelles aux senteurs d'épices, l'oeil attiré par d'innombrables couleurs.

Pourtant, l'illusion ne sera que de courte durée. Car si la fiancée du héros incarné cette fois-ci par Joseph Burton (encore un ingénieur), attend que son futur mari et père de leur enfant vienne la délivrer du chaos qui règne en ville (je rappelle qu'une partie de l'intrigue se déroule à Bombay), question décors, les frères Ford ne nous permettent pas de contempler les merveilles d'un pays se partageant entre plusieurs religions, et notamment l'Islam et l'hindouisme. Les rues fourmillant d'une population extrêmement dense sont cadrées de manière à ce que l'illusion nous donne l'impression que le désordre y règne alors que la population ne fait que vaquer à ses occupations. Principalement incarné par des amateurs, The Dead 2: India montre très vite ses limites et même si certains le préfèrent au premier, cette suite se révèle décevante. Car en effet, malgré son titre, cette séquelle ne fait que reprendre quasiment le même schéma que le premier The Dead. Un américain tente par tous les moyens de ses rendre d'un point A à un point B. Mais n'est-ce pas d'ailleurs, le point commun de tout film du genre ? La survie en milieu hostile ? L'enjeu pour Nicholas Burton étant ici de retrouver sa fiancée Ishani Sharma (l'actrice Meenu Mishra) à Bombay, la jeune femme étant recluse dans la maison de ses parents. Sa mère est gravement malade depuis qu'une femme l'a mordue et son père refuse de la laisser partir avec un américain. A cinq-cent kilomètres de là, Nicholas qui travaille dans un champ d'éoliennes reçoit un inquiétant coup de téléphone d'Ishani. Sans réfléchir, l'ingénieur plaque tout et décide de traverser un territoire lui-même envahi de zombies pour retrouver celle qu'il aime. C'est lors de ce road movie plus sanglant que ne l'était le premier film, qu'il fera notamment la connaissance de Javed, un orphelin qui accepte de lui venir en aide en le guidant à travers le désert.

La déception ici, vient du fait que Howard J. et Jonathan Ford aient choisi de tourner une grande partie de leur film dans le Désert du Thar, qui d'un point de vue esthétique, ne bouleversera malheureusement pas ceux qui ont déjà découvert The Dead au préalable. En effet, à part les quelques habitations croisées en chemin, le héros et le gamin qui l'accompagne passeront le plus clair de leur temps à traverser des terres arides visuellement trop communes avec celles filmées trois ans auparavant pour que le spectateur puisse s'en contenter. Pourtant, des efforts ont été effectués sur cette seconde mouture. Les meurtres y sont sensiblement plus sanglants et quelques séquences valent tout de même le détour. Le retour du héros à Bombay donne lieu à quelques passages sordides dans les ruelles des bidonvilles ainsi qu'une conclusion des plus pessimiste. The Dead 2: India convainc difficilement. Et même si avant de le découvrir on imaginait ce qu'aurait pu donner une longue lignée de films parcourant à chaque épisode une terre différente, cette séquelle ne se révèle au final pas assez différente pour que le principe finisse par ne plus être aussi motivant qu'à l'origine du concept... Dommage...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...