vendredi 27 décembre 2013

Tyrannosaur de Paddy Considine (2011)



Joseph vit seul dans un quartier de Glasgow, au milieu d'une faune déshéritée où violence rime avec alcool. Ici, il n'y rien d'autre que la télévision, les bars et les copains pour maintenir un semblant de contact avec le monde. Depuis que s femme est morte Joseph va mal. Il traîne ses pompes en ville et passe son temps dans un bar où il retrouve son ami et bookmaker Tommy. Joseph n'a que peu d'amis : L'un est en train de mourir d'un cancer et l'autre, le jeune Samuel, est un gamin qui doit supporter la violence de son crétin de beau-père Bod !

Un soir, énervé, Joseph pète un plomb est tue involontairement son chien en le frappant au ventre. Désespéré l'homme enterre la bête dans son jardin avant de remettre en question son comportement. Le lendemain, alors qu'il se brouille avec son banquier qui lui refuse le droit de remettre les pieds dans son établissement et qu'une rixe l'oppose à trois jeune garçons, Joseph se réfugie dans une boutique de vêtements tenue par Hannah. Très croyante, la jeune femme approche Joseph et lui propose de prier pour lui. Mais Joseph a perdu la foi. Tenant de durs propos, il finit par quitter la boutique mais revient dès le lendemain.

Naît alors une relation d'amitié entre Hannah et Joseph. Hannah est une femme remarquable qui apporte soutien et réconfort à un Joseph en détresse. Elle paraît suffisamment stable pour pouvoir assumer cette nouvelle relation, pourtant, elle-même connaît une existence difficile au bras de James, son mari, un homme infecte qui affirme être fou amoureux de son épouse, mais visiblement pas assez pour accepter de lui donner un enfant. Celui qui apparaît comme un homme pieu n'est en réalité obsédé que par le sexe. Celui justement d'Hannah, et que cette dernière lui refuse désormais.

Les événements s’enchaînent le jour où James rend visite à Hannah au magasin. Il la surprend en train de mettre une cravate autour du cou de Joseph venu acheter un costume pour l'enterrement de son meilleur ami. James est alors persuadé qu'Hannah le trompe...

Réalisé en 2011, Tyrannosaur est la suite du cours métrage Dog Altogether datant de 2007 et dans lequel on retrouvait déjà les personnages de Joseph et Hannah (déjà interprétés par Peter Mullan et Olivia Colman). Tyrannosaur est un drame social comme savent en tourner certains cinéastes britanniques tels que le plus célèbre d'entre eux, Ken Loach. C'est ainsi que Paddy Considine réalise ce film poignant situé dans un quartier populaire de Glasgow dans lequel, sans que cela soit véritablement proféré, on devine lombre du chômage. Ce même chômage qui gangrène des rues entières, alcoolise ceux qui en sont victimes au point d'en faire des individus décharnés. Peter Mullan, qui campe le rôle de Joseph, met au service de cette poignante histoire d'amitié tout son talent d'acteur, parvenant à rendre émouvants les premières minutes de l’œuvre (ce qui paraît assez rare pour être souligné). Tout le talent de Considine est cette faculté qu'il a de jeter un regard sur une société et des individus en perdition. D'un infime détail, il bouleverse le spectateur qui ne peut alors que se laisser bercer par cette critique émouvante, parfois sordide, mais toujours incroyablement juste d'une amitié qui naît entre un homme et une femme (interprétée par l'excellente Olivia Colman), elle-même porteuse d'un vécu dramatique et qui, pourtant, va tenter d'oublier sa misérable existence pour se consacrer à son nouvel ami.

Le film apparaît tout d'abord si désespéré qu'il nous donne des nausées. Il paraît même se complaire dans cette description d'une Angleterre malade et victime de maux terribles. Mais cette vision pessimiste permet en fit de dégager ce qu'il y a de véritablement beau chez les deux principaux protagonistes. Au milieu de toute cette crasse où violence, alcool et solitude baignent nos héros, surnage cette histoire d'amitié fragile, leur rendant un peu de cet espoir qu'il ont perdu.

Il arrive à Tyrannosaur d'être parfois très violent. On y constate ce que nous rabâchent journaux télévisés et presse écrite à longueur de temps. Le film n'a pas l'apparence des ces bandes pour jeunes adolescents boutonneux et pourtant, ceux-ci devraient jeter un œil à ce type d’œuvres qui ouvrent véritablement le regard sur la société et ses dérives. Bardé de prix en 2011, 2012 et 2013, Tyrannosaur est donc une œuvre forte, intelligente, parfois choquante, toujours émouvante et surtout, admirablement mise en scène et interprétée par des acteurs à l'incomparable talent.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...