samedi 2 juin 2018

Arrêts sur Images: Deneuve-Polanski-Répulsion

Roman Polanski et Catherine Deneuve sur le tournage de Répulsion en 1965. Le cinéaste face à son actrice. Filmé à travers le miroir, Polanski reflète l'obsession qu'incarnera à l'écran l'acteur écossais John Fraser...


Yvonne Furneau, Catherine Deneuve et au milieu, l'acteur britannique Ian Hendry. Lui aussi reflètera la peur pathologique et le dégout qu'éprouvera la jeune Carole envers la gente masculine. D'autant plus qu'en débarquant dans l'existence de sa sœur Hélène, et par conséquent dans la sienne puisqu'elles vivent dans le même appartement, Michael sera l'un des éléments déclencheurs du drame à venir...


Le jeune et beau Colin (John Fraser) sait-il combien Carole déteste tous ceux qu'il représente? Non. son acharnement à la séduire, à lui téléphoner, à tenter de la suivre jusque chez elle aura des conséquences terribles...


Roman Polanski dirigeant Catherine Deneuve et John Fraser sur le tournage de Répulsion.


Une scène durant laquelle, de retour chez elle, Carole est accostée par l'un des ouvriers prenant son déjeuner. Entre le 'petit ami' Colin qui la harcèle, plus tard le propriétaire, et l'individu assis en arrière-plan sur la photo ci-dessus, la jeune femme semble avoir de quoi se faire du soucis concernant les hommes...


Roman Polanski dirige ici Catherine Deneuve, qui lors d'une scène assez spectaculaire va blesser une cliente à laquelle elle prodiguait des soins de manucure. Premier contact avec le sang que la jeune femme, bientôt, versera dans des proportions beaucoup plus importantes... 


Peut-être l'un des derniers réels moments d'intimité de Carole avant que sa pathologie ne prenne définitivement le dessus...


Abandonnée par sa soeur partie en vacances avec son compagnon Michael, la jeune manucure, enfermée seule dans l'appartement et finissant par ne plus se rendre au travail, développe peu à peu son obsession due à son aversion envers les hommes. Même si de menus détails viennent vérifier l'état de névrose de la jeune femme, la présence du propriétaire de l'appartement (incarné par l'acteur britannique Patrick Wymark) venu récupérer le loyer ne va faire qu'envenimer les choses. Ici, Roman Polanski filme la scène durant laquelle le propriétaire, après avoir fait preuve d'un peu trop d'initiatives envers Carole, est tué par la jeune femme à l'aide d'un rasoir dit 'coupe-choux'...


Autre victime de Carole: Colin. Beaucoup plus innocent que le propriétaire, il est sur le point de se voir administrer un sort aussi peu enviable. En face, la locataire de l'appartement limitrophe à celui des sœurs Ledoux sera l'un des éléments déclencheurs du meurtre dont sera victime le jeune homme. En effet, témoin de la curiosité de la vieille dame, Colin se précipitera pour fermer la porte, laissant ainsi le champ libre à Carole de le frapper par derrière à l'aide d'une très lourde sculpture. A noter que Roman Polanski accompagne le geste de la jeune femme à l'aide de la caméra, renforçant ainsi le poids terrible de chaque coup porté au crâne du transit amoureux...


Ici, l'une des scènes les plus saisissantes. Après avoir imaginé être violée dans son lit par un agresseur invisible (une scène que Roman Polanski réadaptera quelques années plus tard pour l'étouffant Le Locataire) un peu plus tôt dans le film, Carole est agressée par des bras sortant littéralement des murs de l'appartement. Plaquée contre un mur comme cette photo ne le montre pas, la jeune femme y laisse même une empreinte physique. Le mur prenant alors l'apparence d'une peau humaine que l'on comparera forcément à celle d'un homme. L'appartement devient donc lui-même une entité masculine, la jeune femme n'ayant plus que le meurtre dans lequel se réfugier...


L'une des scènes les plus épouvantables de Répulsion, prouvant qu'une œuvre dramatique peut avoir autant d'effet qu'un simple film d'horreur. Le noir et blanc accentuant l'impact de la scène...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...