samedi 19 mai 2018

Sorgenfri - What We Become de Bo Mikkelson (2016) - ★★★★★★★☆☆☆



Encore un film d'infectés. Celui de trop ? Et bien non. Au contraire, ce film qui cette fois-ci ne nous vient pas des États-Unis, ni d’Angleterre, et encore moins de France mais du Danemark, s'offre le luxe d'être l'un des meilleurs de sa catégorie. En deçà de 28 Jours Plus Tard et de sa suite, mais très nettement au dessus du reste de la production, What We Become (le titre original est Sorgenfri), qui peut se traduire chez nous sous le titre 'ce que nous devenons', alors même que le titre original fait lui, référence à un quartier de Copenhague, lorgne de toute évidence sur quelques-uns des grands classique des genres 'Films d'infectés' et 'Films de zombies'. Avec une nette prédisposition pour le premier grand classique de George Romero The Night of the Living Dead puisque le film concentre une grande partie de son intrigue dans la demeure d'une famille constituée de quatre membres et de quelques voisins égarés venus s'y réfugier. 
 
Tout débute par une quinte de toux, puis les médias annoncent la présence d'un mystérieux virus s'apparentant au premier abord à une simple grippe. Sauf que celui-ci fait des ravages parmi la population. L'armée ne tarde pas à débarquer dans la tranquille bourgade de Sorgenfri où vivent Dino, son épouse Pernille et leurs deux enfants. L'état d'urgence est déclaré. Tous les habitants du quartier sont étudiés, les malades récupérés et parqués dans l'enceinte de l'école. Ceux qui demeurent sains sont contraints de rester enfermés chez eux. Mais bientôt, les denrées viennent à manquer et il va falloir sortir dehors afin de trouver de quoi se nourrir. Mais le danger rôde, car non seulement, le virus tue, mais il possède la particularité de ressusciter ceux qui en sont victime quelques heures après leur décès...

Voilà donc le postulat de départ d'un film au propos quasiment nihiliste puisque le scénario n'épargne aucun personnage. Enfant, adultes, personnes âgées, tous finissent entre les mâchoires d'infectés qui pour une fois paraissent beaucoup moins grotesques que dans la majeure partie des longs-métrages traitant du sujet. Moins lent que le zombie de base mais également moins rapide que l'infecté que l'on rencontre dans une majorité des cas, celui de What We Become offre un bon compromis entre ces deux sortes de créatures aux origines diverses et évite surtout le ridicule dans lequel plongent généralement, beaucoup de ces spécimens.

Il ne faut y voir aucune volonté de révolutionner un genre tellement encombré qu'il ne produit pratiquement plus aucun effet sur les spectateurs. Et pourtant,celui-ci offre suffisamment d'intérêt pour que l'on y trouve de quoi se rassasier. Ici, pas question d'étancher sa soif en matière d'hémoglobine car le film demeure dans le genre, plutôt avare. Non, c'est au niveau de l'ambiance que repose tout l'intérêt du film et sur une certaine lâcheté transformant ses personnages en héros qu'il faudra compter. Voilà une œuvre que l'on n'attendait certainement pas et qui crée une véritable surprise. Mélange de huis-clos et d'exploration urbaine, le film ne prend (mal)heureusement pas le temps de caractériser ses personnages (ou si peu) et la présence de l'armée devient secondaire et justifie l'aspect carcéral des lieux visités devenus pour l'occasion, des champs de mines.
Bo Mikkelson réalise un long-métrage très efficace ; assez classique dans le genre, très bien interprété (notamment par Mille Dinesen, Troels Lyby et Ole Dupontet), et assez vigoureux en terme d'action. De quoi passer un agréable moment...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...