mardi 6 mars 2018

Il Était Temps de Richard Curtis (2013) - ★★★★★★★★☆☆




On continue cette fois-ci dans le domaine du voyage dans le temps et des boucles temporels avec Il Était Temps (About Time) que le cinéaste néo-zélandais Richard Curtis réalisa il y a de cela cinq ans en arrière, en 2013. Le film possède plusieurs particularités qui différencient ce long-métrage d'origine britannique des autres films axés sur ce même sujet. En effet, Richard Curtis aborde son œuvre sous l'angle du fantastique et non plus de la science-fiction. Désormais, ça n'est plus l'emploi d'une quelconque technologie avancée qui permet aux personnages de voyager dans le temps (ici, strictement réservé au passé), mais un don commun aux membres d'une même famille. De surcroît, les seuls à pouvoir se déplacer en un temps antérieur sont les hommes, les femmes, n'étant elles, capables que de voyager au contact physique direct avec l'un des membres masculins de la famille Lake.
Le voyage dans le temps ne sert ici que de prétexte pour nous conter la romance entre Tim, le héros du récit, et Marie, une jolie jeune femme rencontrée pour la première fois lors d'une soirée un peu particulière. Ce pouvoir dont est investi le jeune homme aura des conséquences que l'on peut d'ors et déjà supposer d'étonnantes en regard des multiples retours en arrière qu'il effectuera afin de parfaire sa relation avec celle qui deviendra bientôt son épouse et la mère de ses futurs enfants.

Mais Il Était Temps, ça n'est pas que le récit tournant autour de Tim et de Marie. C'est aussi l'histoire d'une famille, avec ses joies et ses peines. Pourtant, le cinéaste néo-zélandais évite tous les poncifs inhérents au genre et qui pourraient gâter le tableau. Fantastique, donc, romance, évidemment, et surtout, une énorme rasade d'humour font de Il Était Temps un excellent divertissement. Un plaisir total de partager la vie de ces personnages grâce à l'excellente interprétation de ses différents acteurs et actrices, tous attachants, quel que soit leur caractère respectif. De Tim, ce jeune cornouaillais plus charismatique qu'il n'y paraît au premier abord, un peu gaffeur, mais à la technique de séduction imparable, en passant par Marie, l'élue de son cœur, un brin timide, peu sûre d'elle, mais fort jolie, jusqu'au metteur en scène de théâtre Harry, le bougon de service, l'éternel insatisfait.

La caractérisation des personnages fonctionne à merveille. Entre la folie de certains (le père, la fille), et les sentiments qui se dégagent des regards qu'entretiennent les autres (Marie et Tim), Richard Curtis impose également des individus proprement décalés qui nourrissent un récit déjà fort bien construit. En l'espace de deux heures on voyage non seulement dans le temps (le procédé demeurera pourtant anecdotique), mais au cœur d'un groupe d'individus admirablement mis en scène. Également scénariste, Richard Curtis propose un spectacle qui conviendra à tous les types de public. Des amateurs de voyages dans le temps pas trop regardant sur le principe invoqué par le cinéaste, jusqu'aux fans de comédies romantiques, en passant par les publics strictement attirés par les comédies. Si le spectateur n'est pas forcément chaviré au point de verser sa petite larme lors des quelques rares moments supposés être émouvants, Il Était Temps est tellement riche en terme de situations que l'on n'a jamais vraiment le temps de s'ennuyer.

Domhnall Gleeson, Rachel McAdams, Bill Nighy, Margot Robbie, Lindsay Duncan, Lydia Wilson, Richard Cordery (épatant dans le rôle de l'oncle D) ou encore Tom Hollander incarnent un octet impeccable. Il Était Temps, c'est du bonheur à l'état pur. Le genre de long-métrage qui nettoie l'esprit des spectateurs sans jamais pour autant se moquer d'eux en terme d'écriture, de réalisation et de mise en scène. Une petite merveille à découvrir absolument...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...