jeudi 24 novembre 2016

La Femme de mon Pote de Bertrand Blier (1983)



Neuf ans après Les Valseuses, l'actrice Isabelle Huppert et le cinéaste Bertrand Blier se retrouvent pour la seconde fois avec La Femme de mon Pote. Un titre apparemment très léger pour un scénario qui ne semble pas l'être moins. Aux côtés de la délicieuse française, Thierry Lhermitte et Coluche. Un casting étonnant mais différent de celui qu'avait prévu à l'origine Bertrand Blier. Plus logiquement et bien dans ses habitudes, il avait tout d'abord pensé confié les rôles de Viviane et Pascal à Miou-Miou et Patrick Dewaere. Problème, ce dernier s'est suicidé et Miou-Miou refuse alors d'interpréter le rôle de l'héroïne. Coluche, déjà prévu depuis le départ est donc le seul membre du trio à accepter de jouer dans La Femme de mon Pote. Un rôle qui dénote dans la carrière de l'acteur qui n'a jusqu'à maintenant interprété que des personnages purement comiques. Car si l’œuvre de Bertrand Blier concourt bien dans le genre, il y demeure une certaine forme de charge dramatique que l'acteur-humoriste va pleinement et magistralement assumer. De quoi le préparer au film qu'il tournera l'année suivante et qui lui permettra de remporter le César du meilleur acteur pour son interprétation de Lambert dans Tchao Pantin de Claude Berri.

Pour l'heure, il est Micky, meilleur ami et confident de Pascal depuis dix ans. Les deux hommes sont installés dans la station de ski de Coiurchevel. Pascal a un très grand défaut. Il ne peut s'empêcher de tomber amoureux. Alors, lorsqu'il rencontre la belle Viviane, il ne peut s'empêcher de confier ses sentiments à Micky. Ayant peur que la belle jeune femme qu'il a installé chez lui se sauve pendant qu'il travaille au magasin, il demande à son meilleur ami de rester avec elle et de s'assurer qu'elle ne va pas prendre la poudre d'escampette. Micky accepte mais va très vite tomber amoureux lui aussi de Viviane. Une situation délicate puisqu'il n'a ni envie de trahir Pascal, ni vraiment envie d'abandonner l'idée d'entretenir une relation avec la jeune femme. D'autant plus qu'elle-même n'a pas l'air totalement indifférente à celui qui tous les soirs rejoint la boite de nuit dans laquelle il assure le poste de disc-jockey...

Étonnant que ce film estampillé « Blier ». Si le cinéaste, fils de l'immense acteur Bernard Blier, semble s'être quelque peu rangé avec La Femme de mon Pote, il n'a tout de même pas abandonné la verve qui est la sienne. Et même si l'on est moins en présence de répliques cultes que par le passé, son œuvre en assène suffisamment pour que l'on retrouve l'empreinte de cet immense dialoguiste français. Moins « barré » qu'à son habitude, Bertrand Blier signe une comédie tendre, aux personnages très attachants, parsemée de moments d'intimité entre Coluche et Isabelle Huppert. D'un côté, l'humoriste légèrement ventripotent, de l'autre, une actrice superbe. Un visage de garce, une voix douce, un corps magnifique. De quoi troubler le plus insensible des cœurs d'hommes. Si l'histoire est relativement classique,la mise en scène elle, demeure beaucoup plus personnelle qu'elle n'y paraît. Contrairement à ce que beaucoup affirment, il s'agit bien d'une œuvre de Bertrand Blier avec tout ce que cela sous-entend. Toujours cette même manière d'exploiter l'espace entre deux individus filmés dans de longs et lents travellings. Quelques phrases bien senties donc, et une œuvre finalement pas si drôle que cela. Une certaine amertume plane dans l'atmosphère de ces deux chalets où se retrouvent ces deux âmes esseulées. Viviane, fille volage, incapable de se fixer définitivement comme elle le précisera, et Micky, célibataire endurci qui au contact de la belle, se rend enfin compte du besoin et de la nécessité d'accueillir chez lui une présence féminine.

Tombant dans la dépression, le personnage de Micky n'est finalement pas si éloigné de ce que connaît Coluche à l'époque La Femme de mon Pote dans sa vie privée. Un défi donc pour l'acteur-humoriste dont on pouvait craindre que son interprétation sonne faux mais qui au contraire parvient à rendre crédible son personnage de meilleur ami et d'amant. La Femme de mon Pote n'a peut-être pas les atours des meilleurs Blier, mais il demeure un très beau film qui plane bien au dessus de la simple comédie. N'oublions pas non plus l'interprétation de Thierry Lhermitte qui sait, contrairement au Popeye des Bronzés, se faire distant, discret, pour mieux rendre grâce au duo formé par Isabelle Huppert et Coluche. Un vrai bon « petit » film...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...