lundi 14 mai 2018

Filmographie d'Eddy Mitchell - Première Partie (1962-1992)



Malgré sont patronyme, Claude Moine n'est pas entré dans les ordres mais a changé de nom pour Eddy (en référence à l'acteur Eddie Constantine) Mitchell (parce que nettement plus américain que Moine, ça se comprend). Schmoll, qui est un nom porté par bon nombre d'habitants en Allemagne est également le surnom que donnent ses proches au chanteur qui débuta sa carrière dans la chanson avec les Five Rocks, rebaptisés à leur insu Les Chaussettes Noires lors de la sortie du premier disque de la formation dont est le chanteur Eddy Mitchell en janvier 1961. Presque quatre ans plus tard, en décembre 1963, Eddy choisit de se lancer dans une carrière solo et quitte les membres des Chaussettes Noires. Il fait ses débuts au cinéma trois années auparavant. En 1960, il interprète son propre rôle dans le segment Ella du film Les Parisiennes co-réalisé par les cinéastes Marc Allégret, Claude Barma, Michel Boisrond et Jacques Poitrenaud tandis que son ami de toujours Johnny Hallyday incarne le personnage de Jean Allard dans le segment Sophie. La même année, Eddy apparaît dans Une Grosse Tête signée Claude de Givray. En 1963, on retrouve le rockeur dans trois longs-métrages. Comment réussir en amour de Michel Boisrond (où il incarne un... chanteur), Juke-box 65 (Just for fun) de l'écossais Gordon Flemyng, ainsi que Cherchez l'Idole dans lequel il retrouve une fois encore l'autre grande star du rock n' roll français.


Il faudra attendre le tout début des années quatre-vingt pour revoir Eddy Mitchell sur grand écran. Rien qu'en 1980, on le découvre dans pas moins de quatre films dont Je Vais Craquer de François Leterrier dans lequel il joue son propre rôle et croise la route de Christian Clavier en écrivain raté. Une comédie sympathique qui déjà laisse augurer du talent d'Eddy Mitchell dans le registre du cynisme. Un aspect de son talent qui sera confirmé dans le très caustique Coup de Torchon de Bertand Tavernier dans lequel il interprète Nono, le frère d'Huguette (elle-même incarnée par la regrettée Stéphane Audtran), aux côtés d'un casting de choix puisque l'on y retrouve les excellents Philippe Noiret, Isabelle Huppert, Jean-Pierre Marielle et Guy Marchand. Comédie toujours avec Attention, une Femme peut en Cacher une Autre ! dans lequel il joue le rôle de Vincent Dubois, un professeur de collège, père de deux enfants, et compagnon d'une Miou-Miou à la double existence. La même année, en 1983, c'est la rencontre entre l'acteur-chanteur et le cinéaste Jean-Pierre Mocky qui lui offre le rôle de Maurice Bruno, arbitre d'un match durant lequel il aura le malheur de siffler un penalty. Ce film, c'est A Mort l'Arbitre. Les supporters de l'équipe perdante menée par Michel Serrault traqueront l'arbitre afin de lui faire payer leur défaite. A cette occasion, Eddy Mitchell joue aux côtés de l'actrice Carole Laure qui incarne le personnage de Martine Vannier, journaliste et petite amie de l'arbitre.


En 1983, Eddy tourne dans un autre long-métrage. Cette fois-ci il y interprète le rôle d'un inspecteur aux côtés de Gérard Lanvin dans une histoire de meurtre de député et de politique douteuse. L'année suivante, il ne jouera que dans un film, mais alors, quel film ! Rien de moins que l'un de nos plus grands nanars nationaux. L'excellentissime Frankenstein 90 dans lequel il incarne la fameuse créature créée par Jean Rochefort. Notons la présence à l'écran de la délicieuse Fiona Gélin dans le rôle de la fiancée du docteur. En 1985, c'est le cinéaste Jean-Michel Ribes qui l'engage sur le plateau de la délirante comédie La Galette du Roi dans laquelle on le retrouve dans la peau d'un certain Jo Longo, un chauffeur travaillant pour la Mafia. Marco Ferreri lui offre un rôle important dans I Love You en 1986 (le film est même présenté au festival de Cannes la même année) tandis qu'il se retrouvera tout au fond du casting d'Autour de Minuit de Bertrand Tavernier. 
On le découvre dans la peau de Nikos, où il a le rôle principal dans Un Père et Passe de Sébastien Grall en 1989 et incarne un délégué de la CGT dans Promotion Canapé de Didier Kaminka en 1990 où l'image des services postaux y est assez peu élogieuse. L'année suivante, il joue dans le film franco-australo-allemand Jusqu'au Bout du Monde du cinéaste Wim Wenders, et La Totale de Claude Zidi dans lequel il incarne aux côtés de Thierry Lhermitte un faux employé des télécoms mais un véritable agent secret. Il y retrouve l'actrice Miou-Miou huit ans après Attention, une Femme peut en Cacher une Autre ! Puis une fois encore, le cinéaste Jean-Pierre Mocky lui offre l'opportunité de jouer dans l'un de ses nombreux longs-métrages puisque dans le très curieux Ville à Vendre, Eddy Mitchell y incarne le rôle du médecin légiste Patrick Chardon...
...à suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...