lundi 28 mai 2018

All Night Long - Ooru naito rongu de Katsuya Matsumura (1992) - ★★★★★★☆☆☆☆



Précédé d'une sulfureuse réputation, All Night Long ( Ooru naito rongu) est le premier long-métrage d'une saga de six films et le premier du cinéaste japonais Katsuya Matsumura. Ce dernier est également l'auteur de Joshikōsei konkurīto-zume satsujin-jiken, l'un des quelques longs-métrages à avoir abordé le difficile cas de Junko Furuta, une lycéenne de 16 ans, séquestrée, violée, humilié et tué en 1988 par quatre adolescents.
Pour son premier film, le cinéaste s'intéresse déjà à la jeunesse désargentée de son pays. Il y a déjà dans ce portrait de trois jeune garçons de milieux différents mais unis après avoir été les témoins d'un meurtre horrible, les prémices des actes qui seront perpétrés par les individus de son second long-métrage. La naissance du mal. L'agneau se muant en loup.
Suzuki Kensuke, Saitô Shinji et Tanaka Tetsuya sont désormais unis. Trois amis, trois frères, qui après le meurtre d'une inconnue se sont juré une amitié sans faille. Trois être de milieux sociaux différents. Trois étudiants dont l'un, le plus aisé, propose à ses amis une petite fête le soir du mardi à venir. Ses deux nouveaux amis acceptent. Chacun cherche alors de son côté celle qui l'accompagnera à cette soirée. Le premier est trahi par un camarade qui lui avait promis de l'aider à trouver une copine. Le second tombe sur une misandre qui lors d'un rendez-vous, l'attache au grillage d'une usine et l'abandonne sur place. Quant au troisième, le moins 'chanceux', lui et sa petite amie sont attaqués par une bande de voyous qui la violent devant lui, puis la tuent. Pour les trois garçons, l'heure est venue de se venger. Mais alors que l'un d'entre eux croyait que le fusil qu'il emportaient avec eux était chargé à blanc, son propriétaire l'a en réalité chargé à balle réelles...

Une chose est certaine, All Night Long ne laisse pas indifférent. Tout le problème étant de savoir si l’œuvre de Katsuya Matsumura mérite sa réputation. La réponse est... non. Le long-métrages est violent, désespéré, et l'issue y est fatale. Mais bien que l'évocation de cette jeunesse mue par le désir de venger le viol et la mort d'une jeune adolescente, et par là même de faire payer aux autres leur propre injustice, reste un sujet délicat, le traitement y est particulier. Prenant la forme du Drama japonais, le film demeure assez compliqué à définir en terme de qualité au vu d'une mise en scène et d'une interprétation qui n'appartiennent qu'au cinéma asiatique. Il y a en effet dans le jeu de ses principaux acteurs, une théâtralité parfois si exagérée qu'elle décrédibilise et désamorce le sentiment d'effroi que l'on aurait dû normalement ressentir. Si en Asie le film a sans doute eu l'effet escompté, on rêve de ce qu'aurait pu en faire un cinéaste avec des techniques toutes occidentales.

Pourtant, All Night Long conserve sa valeur de témoin d'une jeunesse à la dérive pas si éloignée que cela des quelques sordides faits-divers qui ont notamment endeuillé les États-Unis et que certains cinéastes ont merveilleusement mis en images (Elephant de Gus Van Sant). Le long-métrage de Katsuya Matsumura témoigne également des conséquences psychologiques que peuvent avoir certains actes. Ici, la vengeance est telle que l'on se demande dans quelle mesure nos trois héros ne sont pas devenus pires que leurs agresseurs. Au final, All Night Long n'est pas le traumatisme auquel nous aurions pu nous attendre. Par rapport au Concrete du cinéaste Hiromu Nakamura, il se révèle beaucoup moins marquant. A voir tout de même...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...