jeudi 25 janvier 2018

Les tueurs qui inspirent le 7ème art: Dennis Rader - B.T.K de Michael Feifer (2008)



De la fiction...

La petite ville de Wichita vit dans la terreur depuis qu'un tueur en série y sème la mort en tuant de jeune femme. Leur corps est retrouvé attaché et montre des traces de sévices corporels et de strangulation. Dennis Rader est un agent municipal qui veille à ce que les lois soient appliquées à Wichita. C'est un homme zélé qui semble prendre beaucoup de plaisir à réprimander les femmes. Marié et père de deux charmantes jeunes femmes, il est surtout celui que redoute la population.
L'individu qui signe les lettres qu'il envoie à la police du surnom de BTK, c'est lui. Tueur impitoyable, il s'en prend non seulement aux prostituées mais également aux mères de famille irréprochables. Il a pour habitude de s'enfermer dans un local indépendant de la demeure familiale et à l'intérieur de laquelle sont enfermés les preuves de sa culpabilité. Prenant en photo ses victimes juste avant qu'elles ne meurent, il les étrangle ensuite, prenant soin qu'elles ne décèdent pas tout de suite en relâchant la pression de ses mains autour de leur cou.
Bientôt, Joe, le pasteur de la paroisse, lui confie la rude tâche de faire un discours lors du prochain office, annonçant ainsi son nouveau rôle de président...

Le tueur en Série Dennis Rader a déjà fait l'objet d'un article dans Cinémart à travers le téléfilm The Hunt for the BTK Killer réalisé par Stephen T. Kay trois ans plus tôt. Plutôt fidèle au fait-divers, l’œuvre s'attardait à reprendre les faits alors même que le récit débutait par l'arrestation du célèbre assassin. B.T.K quand à lui réalisé par Michael Feifer et dont il s'agit du quatrième film, s'était fait au début de sa carrière une spécialité dans l'adaptation de faits-divers réels (Chicago Massacre, L’Étrangleur de Boston, Bundy). Des quatre, B.T.K demeure sans doute le moins bon.

L’œuvre dénote un manque flagrant de moyens financiers et a des allures de téléfilm alors même que The Hunt for the BTK Killer en était un, lui, et lui demeurait pourtant supérieur à bien des égards. Principalement interprété par Kane Hodder, le personnage central est plutôt bien campé. Ayant bien cerné la personnalité du tueur en série qui défraya la chronique entre 1974 et 1991. l'acteur est tout de même assez juste dans son interprétation. Si le film est en deçà de ce que à quoi l'on pouvait s'attendre, les meurtres sont quant à eux assez violents et montrent tout ce que les actes du tueur pouvait avoir de sordide. A part cela, il n'y a rien de vraiment notable et l'on se penchera plus aisément sur le téléfilm de Stephen T. Kay que sur ce B.T.K vraiment médiocre. A savoir qu'une autre adaptation a été produite en 2014, A Good Marriage, réalisée elle par Peter Askin. Il n'est pas impossible alors que l'on revienne dans ces pages sur cet effroyable personnage...


… à la réalité

Dennis Rader a été militaire, responsable de la sécurité, à travaillé pour le bureau du recensement de son état et pour la mairie de Park City avant d'être renvoyé après avoir été arrêté par la police. Il a même obtenu un diplôme de droit. Mais si Dennis rader est célèbre, c'est pour avoir tué dix personnes entre 1974 et 1991. Sa carrière de tueur, il l'exécuta sous le surnom de B.T.K dont les lettres signifient Bind, Torture and Kill (Ligoter, torturer et tuer). Il fut arrêté en 2005 après avoir envoyé à la police une disquette produite à partir de l'ordinateur de l'église même où il officiait, un an auparavant. Dennis Rader a été condamné dix fois à la réclusion à perpétuité...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...