samedi 19 novembre 2016

Tintin et le Mystère de La Toison d'or de Jean-Jacques Vierne (1961)



Au château de Moulinsart, le capitaine Haddock reçoit un courrier lui signifiant la mort de son très viel ami, le loup de mer Themistocle Paparanic, lequel lui a laissé en héritage la Toison d'Or, un vieux rafiot baignant dans les eaux du port d'Istanbul. Tintin, Milou et le capitaine se rendent donc à l'étranger, et ce dernier prend possession de son bien. Mais très vite, un certain Anton Karabine lui propose de racheter la Toison d'Or au prix de 400 000 livres turques. Devant le refus du capitaine, l'homme lui propose cette fois-ci la somme de 600 000 livres turques. Puis encore plus tard, 900 000. Autant d'argent pour une vieille bicoque, Tintin et le Capitaine Haddock s'étonnent d'un tel engouement de la part de cet étrange homme d'affaire.
Afin d'en savoir un peu plus sur la Toison d'Or, Tintin et le capitaine mènent l'enquête et partent retrouver les anciens compagnons de Themistocle Paparanic. De plus, ils apprennent que celui-ci a, plusieurs années auparavant, provoqué un coup d'état au Tétaragua en compagnie de plusieurs amis.
Avant d'avoir été chassés du pays, lui et quatre autres hommes ont vidé les coffres de la Banque Centrale puis se sont enfuis. Lors de leur enquête, Tintin et le Capitaine rencontrent chacun à leur tour les compagnons de Themistocle Paparanic. Malheureusement pour eux, ils tombent un à un, assassinés par des bandits qui en veulent à la Toison d'Or...

Les Aventures de Tintin fait très certainement partie des bandes dessinées les plus célèbres au monde. La série créée par le dessinateur belge Georges Remi (plus connu sous le nom de Hergé) a en effet été traduite dans plus de quatre-vingt langues et dialectes et s'est écoulée à plus de deux cent trente millions d'exemplaires dans le monde. Tintin et le Mystère de La Toison d'or fut le second long-métrage à voir le jour après une adaptation du Crabe aux Pince d'Or en 1947. A la différence des bandes dessinées qui seront adaptées plus tard pour la télévision et le cinéma, celui-ci a été réalisé par le réalisateur français Jean-Jacques Vierne sous la forme d'une œuvre cinématographique interprétée par de véritables acteurs. Un peu comme le seront beaucoup plus tard les mangas-lives au Japon. Film en prises de vue réelles donc, Tintin et le Mystère de La Toison d'or est une sympathique petite aventure qui, si elle accuse son âge, demeure tout de même assez réjouissante à suivre. Entre le cabotinage du capitaine Haddock (Georges Wilson), la physionomie et la vigueur de Tintin (Jean-Pierre Talbot), la présence de Milou (le chien Ladeuche), où celles des frères Dupont et Dupond (les frères gamonal) et du Professeur Tournesol (Georges Loriot), on retrouve tous les ingrédients qui forment l'esprit de la bande dessinée. 
 
Tout commence au Château de Moulinsart, scène tournée au château de Villette à Condécourt, situé dans le département du Val-d'Oise. Puis, départ pour la Turquie, dans la célèbre ville d'Istanbul. Plus tard, c'est en Grèce que nos amis partent découvrir le mystère entourant la Toison d'Or. De décors majestueux en traditions, le film a le mérite de nous faire découvrir deux pays à travers des décors entièrement naturels d'une très grande beauté. On assiste en compagnie de Tintin et de ses amis à de nombreuses excursions dans de petits villages typiques, quand ils ne sont pas tout simplement invités à participer à des fêtes locales dépaysantes. Accompagnant le récit, la musique du compositeur, arrangeur et chef d'orchestre français André popp colle parfaitement au récit. C'est une invitation perpétuelle au voyage et au dépaysement. Alors oui, Tintin et le Mystère de La Toison d'or a un peu vieilli, mais le plaisir demeure intact pour qui aime les héros de la célèbre bande-dessinée. Le film donnera naissance à une bande dessinée qui prendre la forme d'un roman-photo reprenant les principaux événements du long-métrage de Jean-Jacques Vierne. A noter que les éditions Karexport (faisant référence à l'entreprise plusieurs fois citée dans le film) a sorti une version BD en noir et blanc non officielle du film en 1996. En 2000, les Éditions Hommage ont réédité l'ouvrage mais cette fois-ci, en couleur. Suivi quatre ans plus tard par une version différente de celle de Karexport et éditée par les Éditions Ectoplasme. En 1963, le réalisateur Pjilippe Condroyer prendra la relève au cinéma avec un autre inédit intitulé Tintin et les Oranges Bleues, lui aussi tourné en prises de vue réelles...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...