dimanche 3 novembre 2013

Eyjafjallajökull de Alexandre Coffre (2013)



Valérie et Alain marient bientôt leur fille Cécile. La cérémonie devant avoir lieu dans un petit village de Grèce, il prennent tous les deux l'avion sans se douter qu'il sont à bord du même vol. Valérie et Alain sont divorcés et depuis qu'ils vivent séparés, ils se détestent. Alors, lorsqu'ils tombent nez à nez, les hostilités commencent. Plaisanteries douteuses et insultes fusent jusqu'au moment où ils apprennent que leur avion va devoir se poser en Allemagne à cause de l'éruption volcanique du Eyjafjallajökull en Islande. Alain accepte de payer un caution de plusieurs milliers d'euros contre l'acquisition d'une voiture de luxe habituellement réservée aux VIP. Malheureusement pour lui, il ne peut éviter la présence de Valérie à bord, laquelle va devoir composer avec son ex-mari.

Le voyage vers la Grèce va s'avérer plus difficile encore que prévu. Le voyage d'Alain et Valérie va être émaillé de rencontres étonnantes et d'événements particulièrement cocasses...

Pour son second long-métrage après Une Pure Affaire en 2011, Alexandre Coffre réunit Valérie Bonneton (Des Gens Qui S'embrassent) et Dany Boon (La Maison Du Bonheur). On les avait déjà vus ensembles dans l'excellente série télévisée Les Zacros de la télé, une émission mettant en lumière un couple de beaufs stéréotypés au possible. Eyjafjallajökull décrit le mépris d'un couple divorcé forcé à se subir pour le bien de l'unique trésor qu'ils ont en commun : leur fille. Un voyage qui démarre plutôt mollement et des dialogues qui exercent sur l'esprit des téléspectateurs un curieux sentiment. La première demi-heure est en effet décevante et ne fait qu'accumuler les scènes d'engueulades entre les deux principaux interprètes. Le film démarre véritablement après cette série d'exhibitions pour introduire ensuite ses personnages au cœur d'une œuvre qui se dirige parfois sur des sentiers inattendus. L'un des personnages emblématiques de ce film restera Ezechiel (Denis Ménochet) qui indéniablement marque de sa présence une bonne partie de Eyjafjallajökull. Ce mystique illuminé, ancien taulard explose le carcan de la comédie classique pour l'élever au rang de comédie déjantée.

Valérie Bonneton et Dany Boon forment un couple fictif que l'on aime ou que l'on déteste selon qu'on accorde à l'un des deux le mérite de supporter les réflexions permanentes du second. On s'attend évidemment à un fin heureuse, déjà gravée dans nos esprits puisque formatée. Une happy-end qui ne vient bien sûr jamais entacher le contenu de ce très sympathique Eyjafjallajökull...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...