samedi 24 mars 2018

Southbound de Roxanne Benjamin, David Bruckner, Patrick Horvath et Radio Silence (2015)



États-Unis, une nationale perdue en plein milieu du désert. Le soleil tape fort quand à bord d'une voiture deux hommes s'en extraient pour se faire un brin de toilette dans les toilettes d'un bar miteux. Couverts de sang, ils ont l'air de vouloir échapper à un ennemi fort étrange. Des créatures planant au dessus du sol attendent patiemment que les deux hommes quittent le bar pour les attaquer. Ils ont beau prendre la fuite, s'éloigner de la zone, ils y sont irrémédiablement ramenés par on ne sait quelle force. A moins qu'il s'agisse justement de ces créatures ressemblant à des squelettes ailés venus pour la récolte. Mich en a assez de fuir. Lorsque son ami meurt, tué par l'un des monstres, il part se réfugier dans une chambre d'hôtel...

Dans celle d'à côté, trois jeunes musiciennes de jazz décident de reprendre la route à bord de leur van. Mais après avoir parcouru quelques kilomètres, un pneu éclate. Heureusement pour les filles, un couple passe par là et leur propose de les emmener toutes les trois chez eux jusqu'à ce qu'un garagiste soit en mesure de leur changer le pneu.
La maîtresse de maison installe les trois filles dans une chambre et les préviens que le soir-même elles seront conviées à un dîner auquel participeront des amis, un couple et leurs deux fils...

Plus tard, c'est un homme qui devient le héros de ce film à sketches. Il renverse l'unique survivante du précédent, et ne sachant quoi faire, il téléphone aux urgences. Incapable de situer l'endroit où a eu lieu l'accident, il est guidé par une voix qui lui conseille de transporter la jeune femme jusque dans sa voiture et de rouler jusqu'à la prochaine ville. Là-bas, il découvre un hôpital vide dans lequel d'inquiétants événements ont eu l'air d'avoir lieu. Toujours aidé par une secouriste qui lui donne des conseils sur les gestes à avoir, il allonge le corps de l'inconsciente sur le lit d'une salle d'opération et se laisse guider par les conseils qui lui sont donnés...

La relève de cette petite anthologie est prise par un vieil homme qui cherche sa fille depuis treize ans, puis par un couple et leur fille qui sont assiégés par trois hommes masqués. Ce dernier court-métrage vient d'ailleurs clore Southbound sous la forme d'une épanadiplose en reprenant le propos du départ, créant ainsi une boucle temporelle perpétuelle plutôt ingénieuse. Comme peuvent l'être d'ailleurs les liens qui unissent chacun des sketches. Ces derniers se révèlent par contre d'une qualité inégale, qui démontre le savoir faire plus ou moins important des cinéastes qui sont à l’œuvre.

David Bruckner est celui qui s'en sort le mieux avec son segment The Accident. Plutôt gore et sanguinolent, son court est de plus, assez angoissant. Comme l'est également le Siren de Roxanne Benjamin dont la fin demeure pourtant assez décevante. Jailbreak de Patrick Horvath est sans doute le moins convainquant des cinq, l'ouverture The Way Out de Radio Silence est un mix entre Reeker et Identity, quant à The Way In du même Radio Silence, qui clôt l'aventure Southbound, il s'agit d'un home invasion trop court pour que l'émotion nous submerge. Au final, Southbound se révèle être une anthologie plutôt sympathique, dans un décor des plus angoissant, mais dont certains segments nuisent à la qualité de l'ensemble. A noter qu'il a obtenu le Prix du Jury Jeunes de la Région Lorraine au Festival International du Film Fantastique de Gérardmer...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...